Caroline Chabot

  • Banniere Caroline Chabot Assistante Professeure UCM

Je suis l’aînée d’une famille de 3 enfants, dont 2 frères, et où les valeurs familiales sont importantes. Encore aujourd’hui, une belle harmonie y règne. Lorsque j’étais jeune, et ce jusqu’au début de mon adolescence, le travail de mon père faisait en sorte que nous déménagions souvent, j’ai alors appris très jeune à m’adapter et à me sentir à l’aise dans mon nouvel environnement. Ce qui me sert aujourd’hui, car le travail de mon mari nous amène à vivre dans différents endroits au Canada.

Lorsque j’étais jeune, j’étais très réservée et timide, je me souviens aussi que j’observais beaucoup et je me posais de nombreuses questions aussi, parfois je me trouvais très différente des autres.

J’ai fait des études dans le domaine de la santé et j’ai travaillé comme hygiéniste dentaire pendant 28 ans. J’ai surtout travaillé dans le secteur public dans les écoles primaires, où j’aimais faire de la prévention.

J’aimais beaucoup le contact avec les enfants, je trouvais que c’était une clientèle qui était authentique et spontanée. J’avais de la facilité à travailler avec eux. J’aimais particulièrement travailler dans les écoles défavorisées, où le milieu socio-économique était bas. J’étais toujours étonnée de voir la pauvreté et ce, à tous les niveaux et cela me donnait encore plus le goût d’aider ces enfants.

Avec le temps, j’ai développé une expertise au niveau des agents de scellement dentaire, et j’ai eu le privilège de faire partie d’une équipe de formation, où nous avions comme mission de former les hygiénistes dentaires du secteur public à travers le Québec. J’ai vraiment aimé cette période, car j’aimais rencontrer les gens et j’aimais aussi pouvoir les aider à développer leur potentiel, à leur donner confiance; bref, j’ai découvert que j’aimais enseigner.

Vers l’âge de 28 ans, mon frère cadet, avec qui j’ai 10 de différence, m’a ouvert à la spiritualité et j’ai commencé à m’y intéressée davantage alors que j’étais enceinte de mon 2e enfant. Je trouvais cela fascinant et c’est comme si un autre univers s’ouvrait à moi. Après avoir lu plusieurs livres de différents auteurs, j’ai alors suivi des cours sur la polarité, le reiki, ainsi que des cours de Qi Cong et de Tai Chi.

La spiritualité ne faisait pas partie du plan de vie du père des enfants, alors nous nous sommes divorcés et ma quête est devenue de plus en plus grande. La Vie a soigneusement orchestré ma rencontre avec l’Angéologie Traditionnelle par l’intermédiaire d’une amie autour de 1999. Tout en cheminant avec ces Énergies Angéliques, c’est peu à peu que j'ai découvert toute la grandeur et la logique de cet enseignement. Pour une première fois je retrouvais au niveau de la spiritualité, non seulement des Connaissances approfondies et logiques, mais il y avait aussi des « outils » pour aider à guérir nos mémoires et découvrir notre potentiel. C’était du concret, et ça pour moi c’était important.

Dans l’Angéologie, rien n’est laissé au hasard, tout a sa place et sa raison d’être. C’est comme si j’avais trouvé un fondement, une structure que je cherchais depuis longtemps et que j’avais tant besoin.

Aujourd'hui cet enseignement est devenu pour moi un mode de vie, il m'apporte non seulement des réponses à mes questionnements, mais des moyens tangibles, afin de guérir mon âme et ainsi avoir accès à un bonheur durable.

J’ai commencé à faire du bénévolat à temps partiel pour UCM à partir de 2004, et depuis 2015, je suis bénévole à temps plein et je participe à différents projets qui m’amènent au cœur de la Connaissance et où je continue à me connaître encore plus en profondeur, tout en voulant aider cette mission qui me tient tant à cœur.

Avec la rencontre de mon 2e époux qui s’est fait à travers les rêves et les signes, nous cheminons main dans la main en analysant nos rêves, les signes, qui nous guident dans notre évolution personnelle et de couple, tout en continuant de s’améliorer pour devenir de meilleures personnes, de meilleures âmes.

Cet enseignement est un cadeau du Ciel….