Après une enfance heureuse, mais marquée par le divorce de ses parents, Geoffrey vit une adolescence extrêmement difficile. Sa mère, atteinte d’une tumeur inopérable au cerveau, est mourante.

C’est une tante qui prendra soin de sa mère pendant les dernières années de sa vie ainsi que de lui et de son frère. Suite à une situation d’aliénation parentale très complexe, son père ne sera pas mis au courant de la situation de son ex-femme et de ses enfants jusqu’à la réception d’une lettre d’avocat, quelques semaines après le décès. Suite à de fausses déclarations, obtenues par imposition et manipulation, il ne reverra plus ses enfants pendant 11 années.

En l’espace de deux semaines, Geoffrey et son frère vivent la perte de leur mère, ainsi que la perte indirecte de leur père et de tous les membres de leur famille paternelle. Geoffrey se sentait alors brisé. Dépassé par la situation, il se referme sur lui-même. À l’école, il ne racontera pas à ses amis ce qu’il vit à la maison, sa tante lui ayant interdit de le faire.

Mis à part quelques circonstances exceptionnelles, il ne parlera presque plus et fuira dans son imaginaire. Sans repères, il tentera de se trouver au meilleur du possible, mais la tâche n’est pas facile. Il passera la très grande majorité de son temps à dessiner, ce qui lui permet simultanément de s’exprimer et de réfléchir. De ces moments d’introspection presque continus émerge un être songeur, en quête de réponses profondes.

Intérieurement, il se sent mourir. Puis, au moment de commencer ses études collégiales en arts plastiques, il vit une renaissance.

Son être profond émerge et sa recherche philosophique et spirituelle débute. Par le biais d’un projet artistique, il rencontre des amis extraordinaires qui l’inspireront à se transformer. Fasciné par la spiritualité, il lit tous les livres qu’il peut trouver sur le sujet. Rapidement, il choisit une voie et s’engage consciemment dans son cheminement spirituel.

Il commence aussi à s’intéresser à ses rêves, extension logique de sa démarche intérieure, et il remarque les signes. Ces deux outils l’aident à se guider, même s’il n’en comprend pas toujours la signification avec précision à ce moment.

Simultanément, un sens de la mission émerge en lui : il souhaite aider l’humanité par ses oeuvres artistiques. En un premier temps, même s’il ne comprend pas toute la profondeur de cette démarche (c’est d’abord en lui-même qu’il cherche inconsciemment à amener la lumière, la joie, l’inspiration), celle-ci l’amène à développer sa créativité et son altruisme.

Plusieurs années passent en cheminant selon les meilleures notions qu’il connaisse, puis il découvre les Livres des Anges. L’intérêt est immédiat. Il trouve les réponses qui lui manquaient pour poursuivre son cheminement de manière plus approfondie et commencer un travail de rééquilibrage entre la vie matérielle et spirituelle.

Souhaitant aider l’Association UCM qui, par ses livres et conférences, l’ont grandement aidé à mieux se comprendre et s’améliorer, il se dévoue aujourd’hui et contribue par ses divers talents au développement d’UCM, principalement en tant que coordonnateur de la Formation IRSS, dont il est simultanément étudiant et assistant.

Il chemine et travaille avec sa conjointe Stéphanie et entretient une très bonne relation avec son père et sa famille paternelle, qu’il a su retrouver. Plus que tout, son souhait est de continuer à apprendre, à se développer et à devenir une meilleure personne tout en aidant.

La Vie est un don, un geste absolument gratuit dont il ne tient qu’à nous d’honorer.

Découvrez le témoignage de Geoffrey dans la Conférence de Kasara intitulée: « Tout ce qu’on ne dit pas  » : http://www.ucm.ca/fr/boutique/conferences-audio/kasara-conference-audio-ange-26-haaiah